compcybersecuritéHR03

Photo Hélène Ressayres – ToulÉco

Sensibiliser les entreprises et les collectivités aux questions de cybersécurité, et dans le même temps, permettre aux professionnels du secteur d’échanger sur les dernières nouveautés. Tel était le pari des rencontres cybersécurité du grand sud.

Plus de cinq cent personnes se sont donné rendez-vous à Toulouse à l’hôtel de région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées pour les rencontres cybersécurité du grand sud organisées par ToulÉco en partenariat avec le conseil régional LRMP et avec le soutien d’un grand nombre de partenaires et d’exposants.

Une journée à double intérêt. Elle a d’abord été l’occasion de sensibiliser le public sur les besoins de plus en plus importants en matière de cybersécurité, face à des menaces croissantes. Les entreprises du grand sud, et notamment les sociétés industrielles,sont particulièrement concernées. « Tous les secteurs de pointe sont la cible des attaquants, ne serait-ce qu’au niveau des brevets, des plans d’avions, etc.. Heureusement, en France, les acteurs comprennent ces enjeux », confirme Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi.

Airbus, première entreprise du secteur, l’a bien compris. « Les menaces évoluent, mais dans le même temps, les niveaux de protection s’améliorent », explique Marc Deparis, directeur de la sécurité chez Airbus commercial. « En devenant une entreprise étendue, Airbus a modifié ses process. 70% de la production d’un avion est sous-traité. D’où la nécessité pour les sous traitants d’être également bien protégé », poursuit Franck Lepecq, chargé de mission pour le pôle Aerospace Valley. Des projets, comme le programme Albatros et le projet Box@PME, sont actuellement en cours de déploiement pour accompagner les entreprises sur le sujet. « Cette protection, dédiée aux PME, est actuellement déployée en test au sein de la société Mécaprotec dans l’Aveyron », complète Franck Lepecq. L’industrie automobile n’est pas en reste. « Chez Actia, nous travaillons à la cybersécurité des futures voitures connectées grâce à des comités avec les constructeurs automobiles », explique Philippe Cabon, directeur technique de la société toulousaine Actia Group. « Cela nous permet de concevoir les normes de demain ».

 

Vers un pôle d’excellence à Toulouse ?

compcybersecuritéHR02

Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi (Photo Hélène Ressayres – ToulÉco)

Mais ces rencontres étaient également l’occasion pour les professionnels du secteur de se retrouver et d’échanger sur les dernières nouveautés en vigueur. Des ateliers d’experts et des simulations ont été organisées en ce sens. « Il est important que les entreprises soient solidaires face aux métamorphoses profondes de notre société. Nos appareils deviennent de plus en plus connectés, et à l’avenir, ces problématiques vont devenir très prégnantes. Notre compréhension de cet univers devient essentiel pour faire face à ces évolutions », explique le général Marc Watin Augouard, directeur du Centre de recherche de l’école des officiers de la gendarmerie nationale, et fondateur du Fic, le Forum international de la cybersécurité de Lille.

Un grand nombre d’entreprises spécialisées sont rassemblées à Toulouse. De quoi constituer un cluster d’excellence. « Et pourquoi pas un pôle mondial dédié à la cybersécurité ? », lance Christophe Nicot, directeur de Madeeli, l’agence régionale de développement économique. L’appel, en tout cas, est lancé.